Est ce que je suis seule à vouloir être la maman parfaite qui a des cookies [non brûlés] dans le four, les cheveux parfaitement coiffés sans aucune mèche rebelle, des enfants propres, un mari qui a des chemises repassées AVANT la panique juste avant de partir au travaille torse-nu, et bien sûr, être une maman qui reste FEMME, épanouie, féminine, sans le bourrelet qui dépasse au dessus de ses jeans parce que je n’ai pas fait du shopping perso depuis que je dépense tout mon argent pour mes enfants ?

L’une d’entre vous réussit-elle à cocher toutes les cases tous les jours ? Où est ce que vous rentrez plus dans ma catégorie… Avez-vous déjà :

  1. Essuyé le nez de votre enfant avec le pull du petit frère…
  2. Utilisé des vidéos comme passe-temps pour les enfants
  3. Passé plus de temps à faire autre chose que d’interagir avec les enfants
  4. Profité de l’option fast-food plutôt que du fait-maison par fainéantise
  5. Utilisé la tétine comme option MUTE (sans limite d’âge, on est pas là pour juger!!!)
  6. Jeté leur coloriage à la poubelle
  7. Avoué que la vie d’avant vous manque parfois
  8. Gardé des kilos à perdre
  9. Volé discrètement quelques bonbons d’Halloween des enfants
  10. Perdu patience alors que ça fait QUE 26 fois qu’il demande pourquoi il s’appelle « Noah »

J’ai deux enfants de moins de deux ans à la maison. L’un hurle TRES (trop?) souvent, l’autre approche dangeureusement des « terrible twos », et me le rappelle régulièrement. Ma maison ne ressemble en rien à une photo de « Côté Maison », j’ai de la banane du petit dej’ dans les cheveux, du vomis sur l’épaule de pyjama alors qu’il est 16h, et quand Papa rentre du travail, je lui refile les gosses et je prends quelques minutes pour souffler. Oh combien j’ai conscience que je ne ressemble pas à la maman parfaite des séries télévisées, que mes enfants ne sont pas toujours sages comme des images, que mon mari pourrait rentrer dans une maison tellement plus accueillante…

Et pourtant, je suis moi. Et pourtant, c’est assez. Et pourtant, mon identité ne vient pas de là ! Le jour où je ne ressentirais plus cette culpabilité maternelle sera le jour où je serais parfaite [HAHAHA], ou bien le jour où je m’en ficherais du bien-être de ma famille [Jamais j’espère!]

Mais comment gérer cette culpabilité maternelle ? Je n’ai pas encore tout compris, je n’ai pas encore la solution, mais voici mes quelques pensées.

1. Accepter que je suis imparfaite.

Je ne suis pas parfaite. J’essaye de l’être et de faire croire à tout le monde que je le suis, mais soyons honnête, je ne le suis pas. Et au travers de mes imperfections, je me donne des occasions de demander pardon à mes enfants & à Derek. Et au travers de cela, j’apprends à mes petits imitateurs que l’imperfection n’est pas la fin du monde,et qu’ils n e peuvent pas s’attendre à ce que leurs proches & amis soient parfaits ! Combien on apprend dans ces situations ! Et mes petits humains apprennent à demander pardon, à se remettre en question, et à vivre dans la liberté et la sécurité en sachant que l’imperfection n’est pas un drame.

2. M’autoriser du temps POUR MOI

Je réalise que quand je m’attends à pouvoir faire autre chose que de m’occuper des enfants, je suis frustrée. En définissant les moments où je suis à 100% avec eux à jouer, je peux ensuite m’autoriser du temps pour faire autre chose sans vivre dans cette culpabilité. Ils sont heureux du temps qu’on a eu ensemble, ils s’amusent seuls quelques temps pendant que j’avance sur ma liste de tâches [ou de suppression de tâches…].

Avec Derek on essaye maintenant de s’arranger pour que j’ai quelques minutes pour moi chaque jour, sans mini-humains qui demandent mon attention constamment pour que je puisse me retrouver en tant que femme. Une douche de plus de 3 minutes, le temps de lire un livre ou juste boire mon café alors qu’il est encore chaud.

3. Arrêter de me comparer

Et enfin, je ne sais pas vous, mais je suis une professionnelle dans le domaine de la comparaison. Soit je me compare aux autres mamans, ou bien je me compare aux femmes qui n’ont pas d’enfants, je compare Derek aux autres papas, je compare le progrès de mes enfants par rapport à d’autres enfants du même âge etc… Et pourtant, je dois si souvent me rappeler que dans ce monde de réseaux sociaux, de vie tellement publique mais tellement hypocrite, au bout du compte on est toutes des femmes avec des qualités, des défauts et des galères différentes. On a toutes des domaines dans lesquels on est digne des séries télévisées, et d’autres domaines dans lesquels on ressemble plus aux familles de cas sociaux parfois montrés à la télén’est-ce-pas ?

Et donc pourquoi ne pas choisir de se focaliser sur les qualités d’une autre maman. Personne ne fait TOUT parfaitement ! Je vous mets au défi d’encourager 3 autres mamans cette semaine sur quelque-chose que vous admirez chez elle. Je me mets au défi aussi ! C’est tellement plus facile de juger les autres, ou de se concentrer sur « oui mais moi… ». Pourquoi ne pas commencer une communauté de Mamans qui s’encouragent ? Quelque soit leur choix de vie, chaque femme mérite d’être encouragée dans un domaine.

Bref, quelles sont vos astuces pour combattre cette culpabilité maternelle auto-infligée ?

Share This

Share This

Share this post with your friends!